Des nécrologies de personnes vivantes publiées sur RFI indexées par Google

Suite à un problème technique, les nécrologies de plusieurs personnalités vivantes ont été accessibles sur le site web de Radio France International (RFI) via une recherche sur Google.

Imaginez que vous naviguez tranquillement sur le web. Et au hasard d’une recherche sur Google, vous tombez sur votre… nécrologie ! Le tout sur un site de notoriété internationale !

Des nécrologies écrites à l’avance

C’est ce qui est arrivé cette semaine à plusieurs personnalités : Line Renaud, Jean-Paul Belmondo, Alain Delon, Brigitte Bardot, Clint Eastwood, Raul Castro, Sydney Poitier, Laurent Fabius…

L’information a été publiée par le rédacteur en chef du magazine en ligne Next INpact Marc Rees sur Twitter.

Les nécrologies ont été diffusées sur le site de RFI. La rédaction par avance de ce type de contenu est une pratique répandue dans les rédactions comme le rappelle la journaliste Pauline Paccard.

Le hic est, qu’ici, les contenus ont été publiés sur le site web de RFI et indexés par Google. Résultat : ces nécrologies étaient accessibles via une simple recherche Google.

Pire : des agrégateurs de contenus comme Yahoo News ou Msn ont repris ces textes. Normal : ils fonctionnent de manière automatisée.

Un « incident technique » à l’origine de la publication des nécrologies

RFI a réagi en supprimant ces contenus, les liens sur Google menant alors à une erreur 404. Mais une recherche en cache permet encore d’y avoir accès comme le note Marc Rees.

Le média s’est également fendu d’un message d’excuse sur son site web. Il rappelle que les « journalistes préparent à l’avance des portraits de personnalités afin, si elles venaient à disparaître, de pouvoir proposer rapidement aux lecteurs toutes les informations à connaître sur leur parcours ». Il invoque à l’origine de ce couac un « incident technique, lié à la migration du site de RFI vers un nouvel outil de publication de ses contenus ». Cela a entraîné la publication des articles « sous forme de brouillons sans aucune intervention éditoriale ». Une enquête interne est menée pour identifier les causes de l’incident.

L’une des victimes, Line Renaud, n’a pas manqué de donné des signes de vie sur Twitter, non sans humour.

Belle réaction.

Laisser un commentaire