Guide de la rédaction web

Envie de partager votre passion sur le web ? De vous faire un complément de salaire ? Ou de devenir freelance en écrivant pour les autres ?

Vous vous posez alors certainement la question de savoir comment faire de la rédaction web. Écrire sur internet obéit à des règles précises que ce soit sur le plan de la structure de vos textes que sur le plan technique.

C’est l’objet de ce guide que de vous donnez les clés pour rédiger sur le web afin de capter l’attention du lectorat, de drainer du trafic et d’être visible sur les moteurs recherche.

Pour bien comprendre les bonnes pratiques de la rédaction web, il convient de s’attarder un moment sur cette notion et ce qui fait la spécificité de l’écriture web.

Qu’est-ce que la rédaction web ?

Comme son nom l’indique, la rédaction web, c’est rédiger pour le web.

Une fois que nous avons écrit cela, nous avons tout et rien dit à la fois.

Dans « rédaction web », le maître mot est « web ». C’est le support qui détermine la spécificité de l’activité. En gros, vous n’écrivez pas sur un site web, un blog ou un réseau social comme vous le feriez sur un support papier.

Du coup, qu’est ce que le web et comment affecte-t-il notre façon de rédiger ? Pour faire simple, c’est un réseau international qui permet à ses utilisatrices et utilisateurs d’accéder à des données stockées dans des serveurs (des ordinateurs puissants) grâce à des navigateurs (ce que vous utilisez au quotidien pour aller sur le web, par exemple, Chrome ou Firefox).

C’est cet accès direct et ouvert qui fait la spécificité du web. Vous êtes directement en contact avec les lectrices et les lecteurs du monde entier qui ont accès à un navigateur. Pour le dire autrement, tout est public (ou presque). A contrario, si vous écrivez un article sur papier, personne ne peut le lire immédiatement. Il faut le montrer à des personnes. Si vous souhaitez une audience plus importante, il faudra vous faire éditer. Même à ce stade, votre texte ne sera pas accessible au monde entier.

La rédaction papier : un univers différent de la rédaction web
La rédaction papier : un univers différent de la rédaction web

Par conséquent, si vous faites de la rédaction web, c’est que vous voulez être lu, éventuellement par le plus de monde possible, du moins dans les limites de votre niche ou de votre secteur d’activité. Il est envisageable d’écrire pour soi indépendamment de toute considération d’audience. Mais cela reste un cas isolé. En général, on fait de la rédaction web dans le but d’être lu sans compter les autres objectifs (les conversions comme le remplissage d’un formulaire, un appel téléphonique, une vente…).

Ce désir d’attractivité conditionne la rédaction web à plusieurs titres. Ainsi, pour faire de la rédaction web, il faut :

  • savoir écrire ;
  • offrir de la valeur ;
  • capter l’attention rapidement ;
  • être visible des moteurs de recherche ;
  • cultiver sa singularité.

Comment faire de la rédaction web ?

Le rédaction, même sur le web, c’est savoir écrire

C’est la base, comme on dit.

Pour être lu, il faut se faire comprendre ce qui implique de savoir s’exprimer dans la langue que vous utilisez pour faire de la rédaction web. Nul besoin de manier l’écriture comme Marcel Proust ou Lautréamont. Au contraire, serais-je tenté de dire. Pour être intelligible, il vaut mieux écrire simplement. Cela signifie notamment faire des phrases courtes.

Cette méthode a un nom : K.I.S.S. pour « Keep it simple and straightforward » qu’on pourrait traduire par « faites simple et direct ».

La simplicité est synonyme de concision et d’efficacité. Faire court permet d’exprimer une idée et d’éviter le blabla. Lorsque vous écrivez, vous devez dire quelque chose. Cela sonne comme un truisme, mais c’est pourtant l’idée. Ne tapez pas de phrases pour le plaisir de remplir l’espace. Vous devez avoir quelque chose à raconter. N’oubliez pas que, même si vous devez remplir le cahier des charges des robots des moteurs de recherche (comme nous le verrons ultérieurement), vous écrivez avant tout à une personne humaine.

Attention : la simplicité n’est pas le simplisme. C’est à vous de détecter les passages qui nécessitent un peu plus d’explication, par exemple, lorsqu’il s’agit de vulgariser une notion technique. Dans tous les cas, vous devez recherche la clarté.

N’hésitez pas à utiliser des outils pour vérifier votre orthographe et votre grammaire. Si vous écrivez en Anglais, l’extension Grammarly est une référence. En langue française, vous avez le logiciel payant Antidote. Sinon, il y a des alternatives gratuites comme le site Scribens ou l’assistant d’écriture Language tool.

Language Tool et Google doc pour corriger vos fautes d’orthographe et de grammaire

Language Tool est un logiciel Open Source d’assistance d’écriture en ligne. Disponible pour la langue française, il détecte vos fautes par un simple copier/coller dans l’éditeur de texte. Exhaustif, l’outil explique ce qui ne va pas et vous propose une correction.

Efficace dans sa version gratuite, Language Tool l’est encore plus dans sa version payante. Celle-ci commence à 4,92 euros par mois avec une vérification améliorée de l’orthographe, de la grammaire et de la ponctuation, plus la possibilité d’améliorer le style et la tonalité de vos textes. Dans tous les cas, vous pouvez télécharger un plugin Chrome : le logiciel vous suit alors partout dans votre navigation web.

Google Doc est une solution alternative gratuite pour corriger vos erreurs de Français. Pour ce faire, il convient d’ouvrir un fichier et de se rendre dans l’onglet « Outils ». Là, vous sélectionnez vos options de correction dans « Grammaire et orthographe ».

Le raccourci clavier Ctrl + Alt + X permet d’ouvrir directement le correcteur. Pratique, lorsque vous avez de gros volumes de texte à corriger.

Savoir écrire, au sens propre, c’est maîtriser l’outil qui vous permet de rédiger, autrement dit, votre clavier. Ce dernier est votre ami dans la rédaction web car il vous facilite la tâche à bien des égards. Citons cet exemple classique impossible à reproduire avec du papier et un stylo : la possibilité de « copier » un texte et de le reproduire instantanément. À manier avec précaution puisque (comme nous le verrons plus tard) la duplication de contenu n’est pas recommandée en rédaction web. En tout cas, vous disposez de nombreux raccourcis pour vous faciliter la tâche. D’autres outils efficaces sont à votre disposition comme Google Lens. Demain (si ce n’est pas aujourd’hui), l’intelligence artificielle vous assistera dans la production de contenu.

Le futur de la rédaction web appartient-il à l'IA ?
Le futur de la rédaction web appartient-il à l’IA ?

Cette dernière expression est employée à dessein. En effet, la rédaction web se résume rarement de nos jours à la simple ponte d’un texte. Pour surpasser vos concurrents, vous devez illustrer votre contenu par des images, des infographies, de la vidéo… C’est là tout l’intérêt du web que de mettre en relation tous ces médias afin d’être le plus exhaustif possible. De même, vous avez la possibilité de placer des liens hypertextes, c’est-à-dire des adresses URL, qui renvoient vers d’autres pages de votre site ou des sites externes. C’est l’architecture d’information nécessaire pour guider le lectorat vers le contenu le plus pertinent.

Offrir de la valeur

Pourquoi écrivez-vous ?

C’est la question fondamentale à se poser lorsque vous vous lancez dans la rédaction web. Les hypothèses sont multiples :

  • vous voulez partager une passion via un blog ;
  • vous souhaitez lancer la transformation digitale de votre entreprise avec un site vitrine ;
  • vous aimeriez faire de la vente en ligne avec un site de e-commerce ;
  • vous avez l’intention de proposer vos services à des clients…

Dans tous les cas, raisonnez en termes de valeur. C’est la seule manière d’attirer les internautes. Du moins, c’est celle qui vous distinguera de la concurrence.

Concrètement, qu’est-ce que cela signifie ? Cela implique que vous avez identifié un problème et que vous apportez une solution. Cette problématique est évidente quand vous lancez un business en ligne. Même lorsque vous produisez du contenu de façon désintéressée par passion, on retrouve ce raisonnement. Par exemple, vous apportez des connaissances ou un point de vue qu’on ne voit nulle part ailleurs. Voilà ce qui fait la valeur de votre contenu et ce qui explique pourquoi les internautes le consultent.

Capter l’attention rapidement

Apporter de la valeur, c’est bien.

Attirez l’attention, c’est mieux.

Le faire rapidement, c’est le top !

Nous entrons ici un peu plus dans la substantifique moelle de ce qui caractérise la rédaction pour le web par rapport au support papier. C’est la nécessité de capter immédiatement l’attention de la lectrice et du lecteur.

Dans une dissertation scolaire ou un article d’une revue scientifique, vous avez le temps de faire une introduction avec une annonce de plan suivi du développement qui traite de votre problématique et d’une conclusion qui apporte éventuellement une solution.

Vous n’avez pas ce luxe en rédaction web. Sur le web, le lectorat est pressé et paresseux. Quand il tape sa requête dans un moteur de recherche, l’internaute veut immédiatement sa réponse. Par ailleurs, il a été démontré que son intérêt s’érode au fur et à mesure de la lecture d’un texte.

C’est pourquoi vous devez impérativement commencer votre contenu par la solution ou l’information majeure. C’est la fameuse « pyramide inversée » empruntée au journalisme. Pour vous aider à utiliser cette technique, posez-vous ces 5 questions par rapport à votre sujet :

  • qui ?
  • quoi ?
  • où ?
  • quand ?
  • pourquoi ?

Ce sont les 5W (who ? What ? Where ? When ? Why?).

Selon la thématique, vous pouvez ajouter le « comment » et le « combien » (les 2H, « how » et « how much »).

Cette structure en pyramide inversée peut s’avérer quelque peu ingrate si vous avez passé des heures et des heures à rédiger un contenu exhaustif sur un sujet. Elle favorise le risque d’un taux de rebond élevé (le faite de quitter la page sur laquelle on a atterri sans avoir entrepris aucune autre action sur le site). Or, vous avez écrit pour être lu en entier.

C’est pourquoi, il est recommandé d’opérer des variations :

  • commencer par une information croustillante pour appâter la lectrice ou le lecteur tout en lui faisant comprendre que d’autres informations de ce type l’attendent s’il continue la lecture ;
  • placer un résumé de votre contenu en tête de celui-ci pour donner un aperçu de ce qui attend l’internaute dans votre développement.

Être visible sur les moteurs de recherche : la rédaction web SEO

Nous sommes au cœur de ce qui fait, à mon avis, l’essence de la rédaction web.

Avant de capter l’attention et de proposer de la valeur, il faut pouvoir vous trouver. Cela passe par les moteurs de recherche, particulièrement Google, qui domine le marché en France. Il faut donc respecter les règles de ce que l’on appelle le référencement naturel (ou SEO pour « Search Engine Optimizaton »). Cette discipline regroupe l’ensemble des techniques qui permettent aux pages de votre site web de figurer en tête des résultats de recherche de Google.

Certes, rédiger pour le web revêt plusieurs dimensions. D’ailleurs, il faudrait plutôt parler de production de contenu plutôt de que de rédaction web tant il est devenu fondamental de jouer l’ubiquité pour être présent sur un maximum d’espaces : conception de vidéo pour Youtube, d’infographie pour les réseaux sociaux visuels, rédaction d’emailing…

Toutefois, miser sur le SEO reste une stratégie gagnante.

Les internautes sont encore nombreux à effectuer des recherches sur le web et à consulter les liens proposés dans les résultats de recherche.

C’est pourquoi, il vous faut maîtriser les fondamentaux du référencement naturel.

Comment faire de la rédaction web SEO ?

Pour faire de la rédaction web SEO, il convient :

  • de placer dans vos contenus les mots clés utilisés dans votre secteur d’activité ;
  • d’écrire un contenu exhaustif sur le sujet. Par contre, il faut éviter le contenu dupliqué ;
  • d’optimiser techniquement vos pages en utilisant des balises html (<h1>, <h2>…) ;
  • d’illustrer vos textes par des images afin de les rendre plus agréables à l’œil mais aussi de les optimiser pour Google Images ;
  • d’insérer dans vos textes des liens hypertextes qui renvoient vers d’autres pages de votre site afin de faciliter la navigation de l’internaute mais aussi de le garder sur votre site ;
  • d’obtenir des liens de sites externes, de préférence faisant autorité et renvoyant vers le vôtre. Ce sont les backlinks ;
  • de faire le suivi des indicateurs clés de performance de votre site afin d’évaluer ses résultats et de mettre en place les actions à envisager dans le futur ;

Cette liste est loin d’être exhaustive. Il convient de s’adapter à la spécificité de votre activité. Par exemple, si vous aviez un business local, votre référencement doit prendre en compte cette donnée ;

Il est également recommandé de se tenir au courant des mises à jour des moteurs de recherche et de prendre en compte les innovations comme la recherche vocale.

Appeler à l’action

Une fois que vous avez rédigé votre contenu, apporté de la valeur et capté l’attention, il ne vous reste qu’à appeler à l’action.

Et oui ! Vous n’avez pas fait tous ces efforts pour « rien ». Vous souhaitez que l’internaute durement « acquis » vous donne quelque chose en échange. Ce quelque chose dépend de votre but :

  • vendre si vous avez un e-commerce ;
  • s’abonner si vous proposez une newsletter ;
  • suivre pour augmenter le nombre d’abonnés à votre page ;
  • demander un devis si vous êtes dans la prestation de service…

En un mot, vous cherchez à obtenir des conversions.

En général, le CTA (« call to action ») est placé à la fin de votre contenu. Après avoir appâté l’internaute en introduction, puis convaincu au cours de votre développement, il est « mûr » pour entreprendre l’action que vous lui demandez.

Faire de la rédaction web, c’est suivre ses résultats

Ça y est ! Vous avez rédigé votre contenu et vous l’avez publié.

Au suivant ?

Non, il faut mesurer ses performances. Vous avez écrit avec un objectif en tête : vous devez vous assurez que celui-ci a été atteint. Si ce n’est pas le cas, il convient d’opérer les modifications requises.

Lesquelles ?

Cela dépend justement de votre but et du type de contenu. Par exemple, si vous avez écrit une fiche produit, les statistiques à surveiller sont la mise au panier dudit produit et les ventes. Si elles ne sont pas bonnes, c’est peut-être parce que le descriptif n’est pas suffisamment vendeur ou qu’il manque une caractéristique utile pour le prospect. Si vous tenez un blog d’information et de conseil comme le Blog d’un rédacteur web, vous aurez un œil sur le trafic de votre site : nombre de visiteurs, temps de visionnage… Vous avez tout intérêt à installer Google Analytics pour mesurer les performances de votre site.

Comment faire concrètement de la rédaction web ?

Maintenant que vous connaissez les fondamentaux de la rédaction web, où est-ce que vous pouvez vous exercer ? Si vous êtes sans le sou, il existe des plateformes gratuites pour publier votre contenu comme WordPress, Blogger ou encore Medium. Nul besoin d’acheter un nom de domaine ou de payer un hébergeur, tout est pris en charge. Il existe une version payante de WordPress et Blogspot qui vous permet d’avoir un nom de domaine personnalisé.

La rédaction web n’est pas le seul apanage des sites web. Les réseaux sociaux sont aussi des espaces de production de contenu web. « Gratuits », ils vous mettent plus directement en contact avec une audience si vous disposez déjà d’un profil avec un réseau. Faites le test : créez une page sur Facebook ou Linkedin et publiez régulièrement. Si ça marche, n’hésitez pas à aller plus loin en créant un site web. C’est toujours mieux d’avoir son propre espace de publication que de dépendre de plateformes.

Si vous souhaitez faire de la rédaction web un métier, il peut être intéressant de commencer par des plateformes de rédaction web. Elles mettent en relation praticiennes et praticiens avec des personnes ou des entreprises ayant des besoins. Vous pouvez écrire sur une grande variété de sujets : sport, décoration d’intérieur, culture, assurance, santé, tech, e-commerce… Il en est de même des formats : fiche produit, billet de blog, page de description…

C’est donc un excellent moyen pour se tester. En effet, si, à terme, vous développez votre clientèle, vous devrez vous adapter à ses besoins. Par définition, la rédactrice ou le rédacteur web est polyvalent.

Quelles sont ces plateformes de rédaction web ? On peut en citer quelques unes :

  • Greatcontent ;
  • Textbroker ;
  • Redactiweb…

Veuillez trouver-ci dessous les tarifs moyens pratiqués sur ces plateformes.

Plateformes500 mots – qualité moyenne500 mots – qualité haute1 500 mots – qualité moyenne1 500 mots – qualité haute
redacteur.com22,34 €31,2 €64,55 €90,36 €
greatcontent.fr25,3 €35,3 €75,3 €105,3 €
writeraccess.com27,6 €45,7 €81,7 €135,8 €
redactiweb.com25 €40 €75 €120 €
scripted.com51,6 €59,7 €126,36 €146,7 €
textmaster.com29,7 €148,7 €89,2 €446,3 €
Tarifs moyens des plateformes de rédaction web

Si vous êtes dans l’optique d’avoir votre propre clientèle, proposez vos services sur des plateformes de freelances comme 5euros.com ou Upwork.com. Là encore, nous vous donnons des éléments d’appréciations des tarifs pratiqués par les rédactrices et les rédacteurs web selon différentes sources.

Types de contenuNombre de signesTarif
Publi-rédactionnel1 50060 – 180 €
Article 3 000100 – 360 €
Article6 000200 – 500 €
Dossier12 000300 – 800 €
1 page web (création)1 00050 – 160 €
1 page web (création)1 50060 – 200 €
1 page web (réécriture)1 00030 – 60 €
1 page web (réécriture)1 50045 – 75 €
Baromètre des tarifs de la rédaction web (Source : groupe Viadeo)
0 – 2 ans185 €
2- 7 ans238 €
7 ans et plus319 €
Tarif journalier moyen d’une rédactrice ou d’un rédacteur web selon le baromètre Hopwork

En définitive, vous disposez des clés pour vous lancer dans cette activité enrichissante qu’est la rédaction web. Elle est un moyen incroyable pour partager votre passion avec des personnes qui vous ressemblent. Si vous voulez en faire un métier, vous en apprendrez beaucoup sur les sujets sur lesquels vous écrivez. À ce titre, elle peut-être un tremplin vers un métier ou un secteur d’activité qui vous était jusqu’alors inconnu. Il en est de même de la rédaction web, extrêmement dépendante des évolutions technologiques, qui vous forcera à rester constamment en veille.

Laisser un commentaire